Skip to Content

La contraception d'urgence hormonale

  • Qu'est-ce que c'est ?

    C'est une méthode de rattrapage à utiliser lorsqu'il y a eu un rapport sexuel non ou mal protégé :

    - rupture du préservatif
    - absence de contraception
    - oubli de pilule
    - vomissements et diarrhées après la prise du comprimé.
    - décollement du patch
    - expulsion de l'anneau vaginal
    - ou autres accident de méthode contraceptive
    C'est une méthode de contraception « d'urgence » : elle est moins efficace qu'une méthode régulière. Plus elle est utilisée tôt après le rapport, plus elle sera efficace.

  • Comment ça marche ?

    La contraception d'urgence hormonale agit principalement en retardant l'ovulation.

    Il ne faut pas la confondre avec les médicaments prescrits pour déclencher un avortement: la contraception d'urgence n'est pas efficace si la grossesse est déjà en cours.

  • Comment l'utilise-t-on ?

    La contraception d'urgence hormonale se présente sous la forme d'un comprimé unique. Il faut prendre le comprimé le plus tôt possible car son efficacité diminue avec le temps.

    Il en existe 2 types : au lévonorgestrel (Levonorgestrel Biogaran, Norlevo) et à l'ulipristal acétate (Ellaone).

    Au lévonorgestrel : il est possible de la prendre jusqu'à 72 heures (3 jours) après un rapport sexuel non ou mal protégé.
    A l'ulipristal acétate : il est possible de la prendre jusqu'à 120 heures (5 jours) après un rapport sexuel non ou mal protégé.

  • Quelle est l'efficacité ?

    Elle n'est pas efficace à 100%, mais elle est d'autant plus efficace qu'elle est prise rapidement après le rapport non ou mal protégé.

  • Qu'est-ce qui peut compromettre l'efficacité ?

    L'efficacité de la contraception d’urgence n’est jamais totale. Il n’est pas recommandé d’utiliser la contraception d’urgence deux fois dans le même cycle (c'est-à-dire entre deux périodes de règles).

    En cas de vomissement dans les 3 heures après la prise de la contraception d'urgence, il faut prendre un nouveau comprimé.

    La prise de certains médicaments (par exemple pour l'épilepsie, la tuberculose, le SIDA) peut diminuer l'efficacité de la contraception d’urgence hormonale (lévonorgestrel ou ulipristal acétate). Discutez-en avec un professionnel de santé.

  • Quels sont les inconvénients ?

    Après la prise de la contraception d'urgence hormonale, certaines femmes ressentent des effets indésirables peu intenses et qui disparaissent la plupart du temps dans les 48 h : nausées, maux de tête, douleurs abdominales, vertiges, pertes légères de sang.

    Les règles peuvent également être avancées ou retardées.

    En revanche, il n'y a pas de risque de stérilité, ni d'augmentation du risque de fausse-couche spontanée ou de grossesse extra utérine.

    Si vous avez pris une contraception d’urgence au levonorgestrel et que vous constatez que vous êtes enceinte, il n'y a pas de risque de malformation du fœtus. Concernant l'ulipristal acétate, les données scientifiques sont trop limitées pour pouvoir se prononcer sur le risque de malformation du fœtus.

    En cas de doute, ou d'effets secondaires importants, consultez votre professionnel de santé.

  • Qui peut l'utiliser ?

    La contraception d'urgence hormonale peut être utilisée sans danger par la majorité des femmes.

    Votre professionnel de santé vous en indiquera les contre-indications.

  • Comment se la procurer ? Quel est le prix ?

    Vous pouvez obtenir la contraception d'urgence hormonale dans les 3 jours (72 h) à 5 jours (120 h) qui suivent le rapport non protégé :

    > Si vous êtes mineure :
    Vous pouvez l'obtenir de manière anonyme, gratuite et sans ordonnance en pharmacie, auprès d'une infirmière scolaire ou dans un centre de planification.

    > Vous êtes étudiante (majeure ou mineure) :
    Vous pouvez l'obtenir gratuitement dans les services universitaires de médecine préventive (SUMPPS).

    > Vous êtes majeure :
    Vous pouvez obtenir la contraception d'urgence sans ordonnance en pharmacie :

    • au lévonorgestrel. Elle vous coûtera 7.41€*.

    • ou à l’ulipristal acétate. Elle vous coûtera 18.88€*.

    *Si vous avez une ordonnance, la contraception d’urgence vous sera remboursée à 65% par l’Assurance Maladie.

  • Et après ?

    La contraception d'urgence hormonale ne protège que du rapport qui a eu lieu avant la prise du comprimé. Elle ne protège pas des rapports qui ont lieu après. Il est donc recommandé d’utiliser des préservatifs jusqu’au retour des prochaines règles et ce, quel que soit le produit utilisé (lévonorgestrel ou ulipristal acétate).

    Si vous avez utilisé la contraception d’urgence à la suite d’un oubli de pilule contraceptive, il est indispensable de ne pas interrompre votre contraception habituelle. Toutefois, celle-ci ne vous protège plus totalement pour le cycle en cours. Il faut donc utiliser, en complément des préservatifs, à chaque rapport sexuel jusqu’aux règles suivantes.

    - En cas de retard de règles de 5 à 7 jours, il est conseillé de faire un test de grossesse. Pour cela, vous pouvez obtenir un test urinaire directement en pharmacie ou vous faire prescrire une prise de sang par votre généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme. Les CPEF fournissent des tests gratuits pour les mineures et non assurées sociales.

    - Faites un test des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) si vous n'avez pas fait de test avec votre partenaire. La contraception d'urgence ne protège pas des IST. Pour cela, consultez votre médecin ou votre sage-femme, ou rendez-vous dans certains centres spécialisés : les CDAG (Consultations de Dépistage Anonyme et Gratuit), les CIDDIST (Centres d'Information, de Dépistage et de Diagnostic des IST) et les CPEF (Centres de Planification et d'éducation Familiale).

Les vidéos à découvrir

Toutes les vidéos
Back to top